LES SUJETS

La lutte contre les transgéniques dans les terres d'Amérique latine

La lutte contre les transgéniques dans les terres d'Amérique latine


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Par Carlos Fermín

Ils disent que rien n'est gratuit dans la vie. Tout a un prix qui ne pèse jamais sur les dommages environnementaux coûteux que nous causons à l'échelle mondiale. Le soleil l'éclaircit et la lune l'assombrit. Cependant, la Nature paie toujours les conséquences du processus d'industrialisation chaotique du 21e siècle, qui nous plonge dans un gigantesque écocide à découvrir. Les expériences amères proviennent de la déforestation historique des forêts pour coloniser le trône du roi, en passant par les déversements de pétrole sauvages qui se trouvent sur les rives des océans, et atteignant la sinistre culture GM qui fleurit dans un fourré d'ignorance.

Justement, ce qui est transgénique fait référence à un organisme vivant auquel des gènes exogènes sont ajoutés pour le modifier, et ainsi obtenir de nouvelles propriétés qui ne se sont pas développées naturellement. Par conséquent, les aliments transgéniques utilisent le génie génétique, considéré comme la technologie responsable du contrôle, de la manipulation et du transfert d'ADN d'un organisme à un autre, afin de créer de nouvelles espèces et de fabriquer différents composés. À partir de telles altérations chimiques, du maïs et du soja transgéniques sont produits que de nombreuses personnes sont disposées à consommer, sans mesurer le risque terrible pour la santé humaine.

Nous voyons que la nourriture transgénique est le biscuit de fortune pour ceux qui souhaitent anéantir le destin de Pachamama, prêchant le verbe de la cupidité qui punit les esprits et les cœurs de leurs enfants bâtards irrationnels. Il ne fait aucun doute que le Monde s'est transformé en quelque chose de plastique, de superficiel et de très anticonformiste. Il semble que le naturel ne soit plus une valeur suffisante pour que les gens puissent profiter des avantages infinis qui sont chéris par les légumineuses, les fruits et les céréales récoltés avec l'amour et le dévouement de travailler la terre qui les nourrit.

Au contraire, maintenant la pureté qui germe dans une belle graine de maïs biologique doit être injectée avec une rafale de produits chimiques toxiques, cachée à la racine d'une seringue pleine de violence transgénique. Chaque jour, nous ressentons les effets secondaires causés par l'aiguille acérée des laboratoires, dans l'organisme perturbé qui corrompt le discernement de la société moderne, ce qui se traduit par des allergies, des tumeurs, des affections au niveau du foie, des reins et des tissus intestinaux, une diminution de la capacité de fertilité et congénitale malformations.

On se demande qui est le principal responsable de toutes les destructions socio-environnementales envisagées? Évidemment, quand il s'agit de jouer avec la vie des gens en échange de recevoir de l'argent foutu, le chapeau infernal de l'Oncle Sam apparaît toujours, personnifié cette fois par la transnationale errante appelée Monsanto, qui depuis 1901 sert au pied de la lettre avec la grande mission confié par son professeur yankee, basé sur la destruction de l'équilibre écologique de la planète Terre, et la création d'une crise environnementale irréparable dans laquelle les âmes justes paieront pour les cerfs pécheurs.


La société américaine impitoyable Monsanto a déserté les sols et vendu des déchets transgéniques à la population mondiale, en utilisant les tactiques de persuasion américaines classiques qui sont nées du chantage, de la corruption et de la corruption partagés entre les gouvernements, les banques publiques et le secteur privé. Tout conspire en faveur des malsains, car c'est un vil reflet de la réalité sociale que nous rassemblons dans la rue. Le résultat de cette aberration momentanée est visualisé avec la vente gratuite d'aliments transgéniques dans les supermarchés, grâce aux campagnes de marketing à la télévision qui obligent les gens à consommer ces déchets commerciaux.

Bien qu'il y ait des milliers de plaintes et de poursuites dans le monde, pour éradiquer la vente d'aliments transgéniques dangereux, nous n'avons pas le soutien altruiste de la communauté, qui est la seule force capable de mettre fin au sale jeu capitaliste orchestré par des entités judiciaires, qui discréditent le plus des recours pénaux contre les transnationales, et permettent de vendre leurs semences transgéniques, hybrides et suicidaires à des consommateurs apathiques. Le plus triste est que de nombreux pays d'Amérique latine, quelle que soit la tendance politique à gauche ou à droite, permettent à Monsanto et à ses filiales régionales d'envahir tous les recoins de la géographie continentale, constituant une menace sérieuse pour la souveraineté alimentaire des peuples, ce qui a des répercussions négatives sur le mode de vie des citoyens.

Les multinationales profitent de l'ignorance des consommateurs, qui achètent aveuglément de la nourriture et ne prennent jamais la peine de lire les ingrédients qui la composent. Le pire, c'est qu'il n'y a AUCUN cadre juridique coercitif au niveau international qui exige de placer «génétiquement modifié» ou des expressions similaires sur l'étiquette qui identifie le produit transgénique. Le libre arbitre des entreprises qui fabriquent des aliments modifiés est parrainé par les gouvernements de l'époque devenus les grands complices des transnationales, de sorte que leurs propriétaires ont le pouvoir de cacher toutes les données nutritionnelles qui compliquent la vente du transgénique, car ils savent que les gens auraient peur et n'achèteraient jamais un produit rempli de produits chimiques dans sa composition.

Il suffit de placer un soja appétissant, un épi de maïs détaillé ou un bon manioc au centre du récipient coloré, pour que les gens acquièrent rapidement le produit amusant, sans se demander du tout l'origine des ingrédients. Ils croient se nourrir de soja, de maïs et de manioc, mais ils mangent en fait une série d'organismes génétiquement modifiés (OGM), qui détruisent la santé des gens, fertilisent la dépendance aux produits chimiques transgéniques et augmentent le rejet de la consommation d'aliments naturels.

Parmi les sauces, les huiles végétales, les farines, les soupes en poudre, les fruits de mer en conserve, les yaourts, les confitures, les pains, les saucisses et les bières, de plus en plus d'aliments transgéniques sont vendus en gros et au détail, bien qu'il n'y ait pas d'avertissement graphique approprié indiquant que le consommateur final décide de acheter ou éviter le produit. Il est clair que l'éternelle passivité des acheteurs est le meilleur antidote pour Monsanto et son gang américain, cherchant à maintenir l'offre et la demande d'OGM, qui continuent de torturer le bien-être du corps humain et d'asservir les frontières du bon sens.

Cependant, les gens n'imaginent pas la sinistre affaire derrière Sa Majesté américaine. L'inconvénient surmonte la contamination environnementale causée par l'altération des conditions de l'écosystème et va au-delà de la dépossession tragique des terres qui appartiennent de droit aux paysans. On sait que le but final de Monsanto, Syngenta, Cargill, Bayer, DuPont, Dow et BASF, sera d'interdire à la société civile de développer le jardinage biologique dans leurs maisons, et obligera les citoyens à acheter des semences transgéniques dans leurs centres. vente.

Pouvez-vous imaginer devoir payer une taxe pour planter une simple tomate dans votre jardin potager? Pensez que votre grand-père pourrait aller en prison, s'il ose planter un avocatier, sans demander la permission aux mafias bureaucratiques qui détiennent le brevet pour la graine. Bien que cela semble inhabituel, ce jour apocalyptique est beaucoup plus proche que la lumière de l'aube suivante. Il est effrayant d'apprécier le degré de misère spirituelle que manifestent les êtres humains, dans leur tentative perverse de s'emparer des ressources naturelles et de transformer la planète Terre en une marchandise pour la consommation de masse.

De nombreuses familles humbles qui ont trouvé dans l'agriculture à faible impact une méthode de subsistance pour aller de l'avant, perdent leurs récoltes en raison de l'assaut de Monsanto et de ses alliés commerciaux, qui ne respectent pas le fondamentalisme du commerce équitable et donnent la priorité au critère machiavélique de la victoire, justifiant la fin par les moyens pour y parvenir. Cette affirmation perverse est démontrée par l'usage excessif des herbicides, insecticides, pesticides et équipements de fumigation utilisés par la société Monsanto pour protéger ses plantations transgéniques, alors qu'elle accélère l'abattage aveugle des arbres, le défrichage progressif des espaces verts protégés, la sédimentation des plans d'eau, l'extinction de la flore et de la faune indigènes, l'apparition de mauvaises herbes envahissantes et l'accumulation de Bacillus Thuringiensis dans les sols.

L'unipolarité classique projetée par le capitalisme du XXIe siècle est facilement mise en évidence dans le modus operandi de multinationales telles que Monsanto, Shell et Bayer, qui ne comprennent jamais le sens de l'intégrité morale, du respect de l'environnement et de l'éthique d'entreprise. Le résultat d'une faute professionnelle écologique est vérifiable avec l'utilisation future d'abeilles robotiques en titane et en plastique, qui seront chargées de polliniser les champs transgéniques de Monsanto, imitant la biomécanique et l'ordre social fournis par les abeilles naturelles presque éteintes, dont elles ne sont plus savoir distinguer entre le miel de la vie et le Roundup de la mort.

N'oublions pas que Monsanto est un fournisseur de produits chimiques agricoles, qui a réussi à extrapoler ses monstres commerciaux aux fondements de la course aux armements et du bellicisme de la nation américaine. Rappelons que la transnationale susmentionnée était impliquée dans d'horribles crimes contre l'humanité, comme le ravageur Agent Orange qui a dévasté le Vietnam, la brutale bombe atomique qui a explosé sur le sol japonais, et dans la fabrication d'aberrations neurotoxiques (polychlorobiphényles, aspartame et insecticide DDT). Toute la série effroyable de catastrophes humaines causées par l'impitoyable de Monsanto continue de mener à la mort de victimes innocentes qui ont rencontré le visage du mal.

Malheureusement, nous savons que les lanternes latino-américaines explosent dans un processus de Transculturation, qui rejette sa propre idiosyncrasie et déifie tout ce qui vient de l'étranger. Il est complexe pour les gens de comprendre le problème holistique que nous analysons et de s'inquiéter d'avoir la volonté d'y faire face. Cette situation encourage un état d'impunité environnementale dans les communautés, en raison du manque d'engagement social et de communauté des acteurs publics, ce qui mine les efforts de conservation qui tentent de préserver les environnements que nous accueillons.

Parallèlement, les peuples autochtones sont les plus touchés par la destruction de l'environnement causée par la déforestation, le trafic de drogue et les cultures transgéniques. Le calvaire des ethnies qui vivent dans les zones rurales du Paraguay, du Nicaragua, du Honduras, du Mexique, du Brésil, du Pérou et du Guatemala est le miroir cruel de la grande injustice sociale dont souffre la planète. Les transnationales infernales n'hésitent pas à restreindre les droits humains de nos frères autochtones et à mettre fin à l'héritage culturel de leurs territoires ancestraux. Ils ne pensent qu'à élargir la frontière agricole criminelle, en pratiquant la technique de longue durée du génocide qui assure un meilleur revenu financier aux grands propriétaires fonciers, aux hommes d'affaires et aux tueurs à gages.

De plus, l'accident de monoculture est aggravé par le fait qu'en Amérique latine les plantations de soja et de maïs transgéniques se multiplient à un rythme effréné, endommageant les paysages millénaires qui attendent toute la sagesse de Gaia. Désormais, il est plus rentable de déclarer sur un coup de tête "un territoire exempt de transgéniques" à de nombreuses localités latino-américaines, pour que le mensonge des gouvernements cristallise des accords commerciaux, réalise des forfaits touristiques et achète les votes aux élections de dimanche. Entre biotechnologie et agro-industrie, l'histoire désastreuse de l'invasion transgénique comprend la région de l'Araucanía, la Colonia del Sacramento, le Gran Chaco, l'Amazonie de Rio de Janeiro, la Valle del Cauca, Ituzaingó et la forêt atlantique, où les ressources naturelles sont hypothéquées, et le le grand écocide conçu par les tentacules du glyphosate en souffre.

Cela nous oblige à présenter différents faits informationnels récents sur le sujet des organismes génétiquement modifiés (OGM), ce qui permettra de voir la tirade de transgénèse en perspective et ainsi générer des idées de débat. Par exemple, au Chili, l'alliance «Je ne veux pas de transgéniques» est consolidée, qui collabore avec des fondations, des ONG, des établissements d'enseignement, des mouvements environnementaux, des communautés organisées et d'autres facteurs sociaux, afin que la société soit consciente des dangers de la consommation modifiée les aliments. À ce jour, l'initiative dynamique a joué un rôle de premier plan dans l'abolition du projet «Loi Monsanto», après une difficile campagne d'information dans les zones urbaines et rurales, où les gens ont empêché la privatisation des semences chiliennes, démontrant que la résistance populaire est capable de dites NON aux transnationales.

De même, au Pérou, la loi moratoire sur l'entrée de semences transgéniques a été approuvée en 2011, qui éradique la présence de cultures toxiques sur le sol péruvien pendant 10 ans, afin de protéger la biodiversité du territoire et la souveraineté alimentaire inca. Nous pensons que le moratoire est loin d’être le mécanisme juridique idéal pour lutter contre l’avancée des cultures transgéniques et améliorer la qualité de vie des Péruviens. Les gouvernements vont et viennent avec leur arbitraire et leur despotisme, étant capables de réfuter et de délégitimer toute décision judiciaire qui met une fois de plus en danger l'intégrité de l'environnement.

À cet égard, l'Argentine, l'Uruguay, le Paraguay et le Brésil, qui concentrent la plus grande production de cultures transgéniques de la région sud-américaine, sont en proie au soja, au maïs et au coton modifié dans leurs terres majestueuses, qui continuent de décapiter des millions d'hectares dans son sillage, et accélérer les dommages écologiques dans les forêts indigènes sacrées. En tout cas, il faut reconnaître les efforts des militants qui vivent dans la ville de Malvinas Argentinas, qui protestent et se défendent depuis plus de 6 mois devant les installations où Monsanto prévoyait d'installer une usine de conditionnement de semences de maïs transgénique.

La négativité de Monsanto touche les sols du Mexique, qui est l'un des pays d'Amérique latine avec la plus forte contamination par les cultures de maïs transgéniques, car il existe des preuves scientifiques qui démontrent la production de monoculture dans plus de 10 États aztèques, y compris le district fédéral de Tamaulipas. Chihuahua, Oaxaca, Coahuila et Michoacán. Bien que la vente de soja transgénique ait été interdite au Yucatán et à Campeche, la voie de conservation du peuple mexicain est encore incertaine. Il est à noter que les producteurs de maïs de Tolima en Colombie ont attaqué la société Pioneer, pour le mauvais comportement agronomique de sa semence de maïs transgénique, qui a gravement affecté la production dans le département colombien, en raison du manque de remplissage des épis et du peu de contrôle de l'insecte Spodoptera dans les cultures.

Parfois, la position des gouvernements qui interdisent la vente d'OGM est contradictoire, après avoir évalué la réalité de la communication sociale perçue dans la rue. Nous avons vu que l'Équateur s'est proclamé un pays exempt de semences et de cultures transgéniques depuis 2008, car elles étaient considérées comme nocives pour la santé des gens. Mais fin 2013, une propagande radio diffusée par le ministère équatorien de l'Environnement a été lancée, dans laquelle les aliments transgéniques étaient clairement promus, en écoutant la conversation ridicule entre deux épis de maïs à voix humaine, qui cherchait à tromper les auditeurs à travers une désinformation alarmante, dans laquelle les dangers des OGM ont été ignorés et les consommateurs ont été traités comme de simples enfants marionnettes.

En revanche, la population de Santa Cruz située dans l'est de la Bolivie, est surpeuplée par la production de soja transgénique, qui rompt avec le modèle éco-socialiste et la recherche du bien vivre. Dans le cas particulier de la Bolivie, nous pouvons rétablir le cercle vicieux qui entoure les sociétés transnationales, les intérêts politiques du gouvernement et la barbarie environnementale contre Pachamama. Nous l'affirmons, puisque l'article 408 de la Constitution politique de l'État interdisait catégoriquement «la production, l'importation et la commercialisation de transgéniques». Plus tard, face à la pression typique de l'industrie privée pour cultiver du soja transgénique sur le sol bolivien, l'article 409 a été modifié, ce qui, au lieu d'interdire les transgéniques, relevait de la réglementation «réglementée par la loi».

Même le Venezuela, l'un des rares pays d'Amérique latine à ne pas avoir d'enregistrement des cultures transgéniques sur ses terres révolutionnaires et qui espère le ratifier légalement dans la prochaine loi sur les semences, ne peut garantir aux citoyens qu'ils ne consomment pas d'aliments transgéniques. Nous savons déjà que la plupart des produits à base d'OGM vendus en Amérique latine NE portent PAS l'étiquetage qui le spécifie graphiquement, donc aucun pays d'Amérique latine ne peut se déclarer «exempt de transgéniques», en raison du manque de contrôle qui existe sur l'origine des ingrédients, qui échappe à tout décret ou ordonnance approuvé par les organes législatifs.

Plus de 110 ans se sont écoulés depuis l'apparition sinistre de Monsanto, et nous montrons que ses plans de conspiration mondiale maladifs continuent de détruire la paix de l'environnement en un clin d'œil. Nous avons vu qu'en Amérique latine, les transnationales sont une grande menace latente pour sauvegarder la souveraineté territoriale, alimentaire et culturelle de nos peuples, où des cultures transgéniques ont été plantées sur plus de 50 millions d'hectares, ce qui montre à l'opposé le paradoxe de l'écocide annoncé .

Peut-être devons-nous créer de nouveaux êtres humains transgéniques, pour leur injecter une grande dose de pacifisme, de tolérance et de fraternité. Ce sont trois valeurs qu'il est impossible de sauver dans un monde plein de guerre médiatique, de haine excessive et de soif de vengeance. Nous voulons une société transgénique moderne qui a un peu de conscience sociale dans son ADN et qui ne reste pas silencieuse face aux conflits armés sanglants qui ternissent le monde. Nous voulons seulement une planète Terre transgénique, qui devienne immunisée contre la présence démoniaque de l'Homo Sapiens, et pardonne ces blessures légendaires qui mettront des siècles à guérir.

Il ne suffit pas que vous et moi réfléchissions à cela, car l’important est de diffuser le matériel d’information présenté à tous les citoyens. C'est une priorité de poursuivre l'activisme de rue et de faire oser nos amis, voisins, collègues et famille écouter la vérité sur les cultures transgéniques. Ce sont eux qui peuvent générer des changements positifs en faveur de l'humanité et ancrer le développement écologiquement durable et durable de nos peuples. Il ne fait aucun doute que les transgéniques ne seront jamais la solution, et le naturel sera toujours le meilleur.

Écologie

http://ekologia.com.ve/


Vidéo: Animaux clonés et génétiquement modifiés (Mai 2022).


Commentaires:

  1. Shain

    Entre nous, à mon avis, cela est évident. Je vous recommande de rechercher google.com

  2. Darek

    Dans mon sujet très intéressant. Je vous propose d'en discuter ici ou en MP.

  3. Fabian

    C'est intéressant. Prompt, où m'apprendre davantage?



Écrire un message