LES SUJETS

Consommer au-dessus de nos besoins

Consommer au-dessus de nos besoins


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Par José María Gómez Vallejo

Les pays industrialisés sont ceux qui gaspillent le plus de nourriture. Les surplus qui ne sont pas commercialisés finissent presque toujours dans les décharges, peu sont destinés à ceux qui en ont le plus besoin et seul un petit pourcentage est utilisé comme compost pour le compost.

Ces dernières années, la société civile a joué un rôle important dans la sensibilisation. Grâce à l'activisme de nombreuses organisations et groupes environnementaux, le débat a atteint le Parlement européen, de sorte qu'une législation est élaborée pour réduire les pertes alimentaires. La France est le premier pays à avoir interdit par la loi aux supermarchés de jeter de la nourriture, contraints de donner le surplus aux ONG et aux banques alimentaires; s'ils ne le font pas, ils encourent des amendes financières et même des peines de prison.

La volonté de la France contraste avec un manque de volonté politique de la part de l'Union européenne. Et c'est que, grâce aux groupes libéraux, populaires et sociaux-démocrates, les initiatives législatives restent de simples recommandations, sans la capacité d'exiger que les pays membres adoptent des mesures concrètes. Les groupes de gauche et les organisations de consommateurs reprochent à l'UE son désintérêt et son abandon de ses fonctions, alors que 20% de la production est perdue et 10% de la population européenne a des difficultés à accéder à la nourriture.

La FAO elle-même souligne que le plus responsable est le modèle actuel de production de masse qui dépasse la demande. Les supermarchés jettent les aliments qui n'ont pas une apparence parfaite et exposent même des produits qui ne seront pas consommés, car une étagère complète se vend plus. Il est vrai que nous pouvons tous faire notre part pour éviter que «chaque ménage européen ne jette entre 300 et 400 euros de nourriture par an», comme Manuel Bruscas, activiste et promoteur de la campagne «Stop au gaspillage alimentaire en Europe»; mais la responsabilité des citoyens ne peut être assimilée à celle des chaînes de distribution. «Nous devons rechercher des alternatives de consommation plus justes et plus saines pour la planète. Mais attention, le système joue à mettre les responsabilités sur le dos des individus, quand on parle d'un problème politique et social de dimension mondiale », explique le journaliste et écrivain Nazaret Castro.

Ce qui se cache derrière le gaspillage, c'est le consumérisme exagéré imposé par le modèle capitaliste, où il n'est pas produit en fonction des besoins, mais par la recherche du maximum de bénéfices, sans se soucier de l'environnement ni des personnes. Obliger les entreprises du secteur à allouer le surplus à celles qui ne l'ont pas est une première étape, mais ce n'est en aucun cas la solution. La faim n'est pas combattue avec la charité, mais avec des politiques qui réduisent la pauvreté et donnent à chacun le droit d'accéder à la nourriture.

CCS



Vidéo: Et si le Soleil Disparaissait Maintenant? (Juin 2022).