LES SUJETS

«Il faut arrêter d'aller au supermarché; c'est un système pervers "

«Il faut arrêter d'aller au supermarché; c'est un système pervers


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Par Franco Spinetta

Soledad Barruti a toujours été frappée par la façon dont le monde de la cuisine et de la vie urbaine perdait contact avec la nature, comme si le système nous obligeait à ne pas relier les deux problèmes.

Soledad est de Buenos Aires, mais quand elle était petite, elle a passé les week-ends dans une villa à Del Viso; là, il entre en contact avec un «monde réservé et sauvage», où l'image d'une grand-mère trônant dans la cuisine guide l'existence du temps et de l'espace.

C'était les années 80. Les fermes qui y produisaient et y vendaient résistaient encore: de petites échoppes qui proposaient des champignons, des œufs, tous frais et locaux. Grandir dans cet environnement bucolique, entouré de nature, avait quelque chose de formateur et d'éducation: il y avait un potager, des chevaux, des canards, des chats, des chiens ...

«Au supermarché, il semble que la nourriture ne provienne que d'une usine, qui a des ingrédients qui ne renvoient à rien», témoigne, en dialogue avec Almagro Magazine, Soledad plusieurs années après cette expérience d'initiation, avec un livre écrit sur le sujet (leBest-seller Malcomidos) et une quantité d'informations qui émane sans cesse, mêlées à un quota indéniable de passion.

-Vous soutenez que l'industrie alimentaire est une grande tromperie. Cependant, nous avons du mal à courir. Où est la clé pour commencer à nous ordonner en ce sens?

-Plus que pour ce qui est sain, je m'ordonne plus du point de vue éthique. Il est tout aussi dérangeant d'aller à la recherche du super-aliment ou de penser que la nourriture est votre médicament. Il est vrai que de grandes transformations sont observées chez les personnes qui choisissent une meilleure nourriture. Mais pour moi l'adaptation, la construction culturelle, la territorialité de la nourriture sont plus intéressantes ... il y a tellement d'expressions qui sont plus intéressantes que la chose saine elle-même, bien qu'elles nourrissent toutes le concept sain. C'est beaucoup plus complet.

-Mais depuis la ville c'est très difficile de voir ça ...

-C'est qu'en s'éloignant de notre champ visuel, tous les processus de production, les relations, la prise de décision, plus ça devient horrible. L'horreur est devenue extrême. Si les gens voyaient vraiment ce qui se passe, personne ne voudrait participer. Il est évident qu'il est armé d'un système pervers.

-Alors pourquoi l'industrie alimentaire est-elle toujours aussi forte, est-elle toujours choisie en masse?

-Il y a plusieurs jambes du problème, ce n'est pas simple. Le plus évident est le manque d'accès à l'information et cela se traduit par un manque d'accès à une autre offre. Si tous les habitants de ce pays se réveillaient demain et commençaient à se conformer aux cinq portions quotidiennes de fruits recommandées par le ministère de la Santé, ils n'atteindraient pas les fruits disponibles. L'entreprise est conçue pour autre chose. Ce n'est pas moi, mais le président de l'agro-industrie de l'UBA. C'est déjà un problème: le système signifie qu'il y a des gens qui peuvent y accéder et des gens qui ne le peuvent pas. Dans les quartiers les plus vulnérables, l'offre est de plus en plus désertique: les maraîchers disparaissent ou, s'ils le sont, ils n'ont quasiment aucune offre. D'une part, vous avez les vrais aliments: fruits, légumes, viande, céréales, qui n'ont pas à s'expliquer. En revanche, vous avez l'offre alimentaire qui avance pour remplacer la nourriture: c'est ce qui occupe 80% des gondoles, des aliments ultra-transformés.

-Quel est l'effet de ces aliments?

-Cela fait manger aux gens des choses dont ils n'ont pas besoin: biscuits, nesquick, sodas, eaux aromatisées. C'est une offre plus calorique, elle a un effet addictif absolu et c'est prouvé. Les personnes qui grandissent avec cette nourriture ont une tendance naturelle à vouloir cette nourriture. Un garçon qui mange du Nesquick avec des zucaritas au petit déjeuner, si plus tard vous voulez lui donner une assiette de brocoli à midi, son palais, son système, ne peuvent pas en profiter: son cerveau attend un autre stimulus. Comme un junkie!

-Au-dessus, la tête d'un enfant est totalement vierge, ne peut pas raisonner sur ce qu'il mange.

-Totalement. Cela vous amène au troisième maillon de la chaîne, qui est la complicité énorme et absolument perverse qu'ont les institutions de nutrition soi-disant scientifiques, qui vivent de l'industrie alimentaire, qui se résolvent de cette manière et qui se répètent plus tard chez beaucoup de professionnels de la santé des professionnels, qui finissent par reproduire un discours qui dit: «Il ne faut pas diaboliser les aliments, tous les aliments, dans la mesure où ils sont comestibles, approuvés par le gouvernement, sont bons. Vous devez équilibrer, vous devez vous éduquer en tant que consommateur pour savoir quoi et quelle quantité de cette offre vous pouvez manger ».

-Parce que ce sont aussi les mêmes qui vous vendront plus tard les produits légers.
-Pour cela! Si le contraire est fait, les affaires de tous sont terminées. Parce qu'ils investissent aussi beaucoup dans la psychologie, ils enchevêtrent des gens qui se retrouvent piégés dans un cercle vicieux. Les gens ne comprennent pas quoi faire, car c'est vraiment très déroutant. Pourquoi ne peuvent-ils pas vous dire "c'est de la nourriture" et puis aussi "il y a cet autre, qui n'est pas de la nourriture, mais vous faites ce que vous voulez"? C'est comme quand les cigarettes ont commencé à être durement remises en question et que les médecins sont apparus en disant que vous deviez fumer Camel Light parce que cela ne vous rendait pas si mal ... c'est la même chose avec la nourriture.


-Alors on fait quoi?

-Je pense qu'il y a un repas à défendre. Ensuite, vous devez penser à quel régime vous pouvez faire qui est également éthique. Il n'y a pas d'autre moyen de produire cette quantité de viande, d'œufs, de produits laitiers qu'avec ce système industriel. Essayer de produire la même quantité de dérivés animaux dans un système plus naturel exigerait une autre planète ou six milliards de personnes en moins. Mais manger cette quantité de dérivés animaux est une mauvaise idée. Ce que je pense qu'il faut repenser, c'est avant le régime qui est imposé. Par exemple, 10 000 poulets enfermés dans un hangar donnant un œuf par jour, sans espace pour bouger. Si vous réfléchissez à la façon dont vous déployez cela, vous avez besoin d'un territoire qui n'existe pas pour que ce soit logique.

-La question qui revient toujours est de savoir si cette demande est réelle.

-Non, c'est une demande imposée, justement. Plus les aliments ultra-transformés sont consommés, et c'est une étude très intéressante en cours au Brésil, plus les gens ont besoin de viande. Parce que les nutriments qui vous manquent en mangeant ces faux aliments, vous allez chercher la viande rapidement. C'est un système qui est toujours expliqué à travers ces maximes qui vous disent "il n'y a pas d'autre moyen de nourrir le monde". C'est un mensonge: ce système nourrit mal le monde. Mais bon, il faut beaucoup démonter. Ce qui est certain, c'est que lorsque vous quittez le supermarché, c'est une avancée très importante. Le supermarché est le paysage dans lequel l'horreur n'est ni vue, ni entendue, ni sentie. Mais les coulisses sont un paysage hideux. Si vous en sortez, vous trouverez d'autres espaces de relations, de consommation, de logique économique et sociale autour de l'acte de nourrir. Si vous parlez aux gens d'Iriarte Verde, qui sont ceux qui apportent de la nourriture chez moi, ce sont des gens qui pensent à autre chose, ne font pas de plus en plus d'argent chaque année, ce qui est une logique destructrice.

-Ce que vous dites est assez lié à la controverse entourant cette lettre du biologiste Claudio Bertonatti, qui a dit que si le monde devenait végétarien, ce serait une catastrophe. Vous lui donnez un peu la raison ...

-Je crois que oui. Il y a des choses dans son travail qui ne m'intéressent pas du tout, mais le gars a frappé la cible. Le monde est angoissant, et face à l'évidence, on dit "Je veux faire quelque chose, que puis-je faire pour que cela n'arrive pas". Et vous faites ce qui peut vous rassurer le plus rapidement. Il y a quelque chose de très réel dans le véganisme et que je soutiens, accompagne et respecte beaucoup, et qui a à voir avec la volonté de ne pas vouloir manger un autre être vivant. Mais si nous voulions tous manger des pommes, ce système méchant trouverait un moyen de tout détruire pour que nous puissions manger des pommes. C'est un piège économique.

-Est-ce que l'industrie alimentaire a des limites?

-Il y a des choses qui sont confuses: une chose est les limites productives et la réalité et une autre est les limites idéologiques des gens. Vous écoutez Grobocopatel, qui vous dit qu'il y a plus de technologie dans le soja que dans un Pathfinder, c'est une personne limitée à comprendre la nature. Cette limitation est également comprise à partir de la violence, car ils utilisent des éléments violents: ils jettent du poison, ils génèrent des projets pour violer les animaux à des niveaux impossibles. La cage de gestation pour la truie, les cages pour les poules ... sont des éléments de torture pour optimiser les affaires. À Cordoue, ils font de la déforestation chimique: ils vont directement avec les avions et pulvérisent. Ils sont fous, ce ne sont pas des gens qui vont bien. Dans un monde normal, ils retireraient leurs licences et les renverraient chez eux pour repenser ce qu'ils font. Ils liquident l'avenir de chacun. Mais tant que l’idée de maximiser la productivité, d’augmenter l’argent, prévaudra, nous continuerons ainsi. Tout est exploité comme s'il s'agissait d'une exploitation minière.

-C'est l'extractivisme.

-C'est l'extractivisme appliqué à tout. La bonne chose est que l'on voit de plus en plus que c'est un mensonge.

-Où voyez-vous ce changement? Parce que le ministre de l'Agro-industrie continue de le faire asseoir à Grobocopatel à côté de lui.

-Il doit avancer dans d'autres endroits. Les changements ne se sont jamais produits de cette façon: un politicien ne va pas venir dire «j'ai éclairé». Cela n'arrive pas.

-Aux États-Unis, haut lieu de la mauvaise nutrition, il est même en train de changer du point de vue du «frais et local».

-Je suis très rejeté par la culture américaine, mais ils y font un excellent travail. Même les restaurants ont à nouveau une poule dans la cour. Les gens ne sont pas prêts à rompre leurs liens avec la nourriture. Michael Pollan le raconte très bien dans son livre «Cooking».

À quoi l'attribuez-vous?

-Au besoin de ne pas perdre ce contact avec les aliments. Fondamentalement, la production alimentaire est ce qui fait de nous ce que nous sommes. L'alimentation comme expression de territoires, d'organisation sociale et de compréhension avec la nature. Comment les peuples indigènes d'Amérique centrale ont-ils réussi à faire du maïs avec de l'herbe dure? Personne ne peut l'expliquer, aucun laboratoire ne peut le faire. C'est un chemin long et profond de domestication, exprimant des territoires, des idées. C'était transformer la culture autour des recettes qui expriment une saveur, un territoire et toute cette compréhension ensemble. C'est pourquoi la cuisine est intéressante en tant qu'expression de quelque chose de local. Pas seulement pour le goût, mais parce qu'il exprime une histoire commune. C'est quelque chose qui était jusqu'à récemment. L'histoire de la nourriture a été totalement brisée dans les années 50, avec l'explosion de cet autre monde d'aliments transformés qui vous offre tout le temps quelque chose de soi-disant mieux que ce que ce monde rudimentaire vous a offert. Cependant, les gens ont toujours ce lien presque romantique avec ce monde dont nous sommes issus.

-C'est qu'une fois que l'on goûte à cet autre monde qui était interdit, l'accès aux saveurs locales, n'a pas de retour en arrière car c'est vraiment réel et c'est autre chose.

"C'est autre chose, sans aucun doute." L'idée de la nourriture de grand-mère n'est pas une connerie, c'est la nourriture fondatrice d'une famille.

-Au-delà du rôle de la femme dans la cuisine.

-C'est que ce qui est intéressant dans cette partie de l'histoire, c'est qu'on entre tous dans la cuisine, pas seulement la femme. La famille, la communauté, quand on voit les ateliers du verger, c'est extrêmement mixte. La chose esclave n'est plus, le genre. Au contraire. Mon fils est super cool avec la cuisine: avec sa copine, ses amis, tout le monde cuisine. Mais vous devez donner aux gens un accès et des connaissances pour qu'ils puissent retrouver cela.

-Il y a aussi un problème de prix, car la filière bio et ses labels est une activité très restrictive.

-C'est que le bio est une industrie au sein du même. La Virginia fait du thé biologique et du thé traditionnel. Ce que la marque vous montre, c'est que puisqu'elle applique certaines techniques plus coûteuses, telles que l'incorporation de personnel, ne pas jeter de poison dans la nature et se faire certifier, ses produits sont plus chers. C'est une entreprise qu'il faut comprendre: si vous produisez des tomates et que vous voulez les vendre en bio, vous devez payer une certification très coûteuse. Et pourquoi allez-vous payer pour cette certification? Parce que de cette façon, vous les vendrez plus cher. Sinon, cela n'est pas expliqué.

Lisez cette interview complète dans le magazine Almagro.

Aconcagua


Vidéo: SURFRIDER X STUDIO404: Linfluence des cultures numériques sur lenvironnement (Juin 2022).


Commentaires:

  1. Patamon

    Je suis désolé, ce n'est pas exactement ce dont j'ai besoin. Qui d'autre peut suggérer?

  2. Rowen

    Merveilleusement! Merci!

  3. Kawaii

    Je peux vous conseiller à ce sujet. Ensemble, nous pouvons arriver à la bonne réponse.

  4. Pol

    Un excellent argument



Écrire un message